3 conseils pour vaincre sa timidité maladive…

La timidité permet de se cacher

La timidité permet de se cacher

, ci-dessous.

D’où provient la timidité maladive ?

L’enfance

Pour ma part c’était une mère qui me surprotégeait me faisant comprendre que « les autres » sont dangereux, que le monde extérieur est impitoyable, etc.

Est-ce que sans une mère aussi possessive, j’aurai quand même été timide ? Honnêtement, je ne peux pas le dire, il y avait peut-être une partie de moi qui était innée et qui se méfiait des gens, mais ma mère en me surprotégeant n’a pas arrangé la situation.

Quand il y a une tendance innée à être timide, c’est que généralement le timide à un fort égo, ce qui génère des tas de complexes, puisqu’il ne veut pas paraitre aux yeux des autres avec des imperfections physiques ou comportementales. Enfin, c’est ce qu’il pense, car souvent il se fait une montagne d’un léger grain de beauté sur le visage qui pour lui devient un vrai handicap ou il faudrait une chirurgie esthétique. Mais ça, c’est dans sa tête, car les autres ne remarquent rien.

C’est ça une timidité maladive, c’est un « grossissement de ce que les gens peuvent penser de vous.

Quand j’étais gamin ma mère pouvait me laisser garder par des personnes de la famille, eh bien je restais derrière une porte tout le week-end pour me cacher. C’était dramatique pour mes parents, j’étais asocial.

Et quand je rencontrais quelqu’un qui me connaissait, car moi je ne connaissais personne…, qui me disait « bonjour », je répondais « non !”

Si seulement, j’avais pu être invisible…

Étant enfant, c’est seulement à l’école ou la timidité me faisait souffrir, car mes parents étaient convoqués puisque je ne parlais pas, sinon j’ai de bons souvenirs de mon enfance.

L’adolescence et la timidité

En revanche, c’est à l’adolescence où j’ai vraiment souffert, la pire période de ma vie. Non seulement, la scolarité était toujours une catastrophe, mais quand on sent que le métabolisme se son corps et celui des autres subit une métamorphose, les complexes que l’on avait à 10 ans, sont multipliées encore par 1000.

On croit que le sourire d’une fille est une moquerie, car on a tellement une piètre estime de soi, comment peut-on plaire, ce n’est pas possible ?

Je me souviens d’une anecdote ou un copain nous avait invités un mercredi après-midi chez lui, mais je ne savais pas qu’il y avait des filles… On était assis par terre dans sa chambre et une belle blonde commence à me parler, mon Dieu l’horreur… Elle me pose des questions sur moi, sur mes passions, etc. et à un moment, je lui sors une technique de drague imparable : « Mais pourquoi tu me parles, qu’est-ce que tu me veux ? ». Je vous assure que pour faire fuir, il n’y a pas mieux. En fait, cette timidité maladive a fait en sorte que la seule phrase correcte que j’ai dit l’éloigne de moi. Car encore une fois, je pensais que je ne lui plaisais pas, que c’était pour m’humilier. Bien sûr avec le recul, je sais que je lui plaisais puisqu’elle est sortie avec un autre copain peu de temps après. Mais quand on est timide, on est aveugle…

L’adolescence est donc la période quand on souffre de timidité à l’achèvement de la bête, la mise à mort psychologique. Certains ne s’en remettent vraiment jamais, car certes, on dit que l’adolescence est un passage difficile, car tous les ados manquent de confiance en eux, mais ce que les gens ne comprennent pas est qu’il y a une marge entre manquer de confiance en soi et être paralysé par la présence des autres.

Comment soigner cette timidité maladive?

Il faut faire preuve de courage, car il va falloir remuer la merde…

Il faut déjà faire une introspection, il va falloir regarder en face comment se sont comporté vos parents avec vous qui pour vous est en rapport avec votre timidité.

Attention, ce n’est pas jugé vos parents, ils ont fait ce qu’ils pouvaient avec l’éducation qu’ils ont eux-mêmes reçue. N’oubliez jamais que leur réaction est émotionnelle dû à leur enfance, c’est ce qu’on appelle le corps émotionnel.

Ça ne sert à rien si cela n’est que des réflexions qui reste en pensées, il faut écrire tout ça dans un journal, GRAVEZ ce que vous ressentez, même si vous ressentez de la colère envers vos parents, il faut l’écrire.

Si vous le pouvez renseignez-vous si un de vos parents était timide quand il était jeune, car c’était le cas pour moi, mon père était très réservé.

En fait, plus vous comprendrez et plus vous serez sur la voie de la guérison c’est la première étape.

Moi ce que je conseille dans la seconde étape qui en comporte plusieurs, car se sortir de la timidité maladive est progressif, est d’apprendre à respirer, car c’est le seul moyen que l’on possède pour contacter ses émotions. Même si vous ne vous en apercevez pas, à partir du moment où vous êtes dans une situation qui pour vous est stressante, ce qui est le cas très souvent pour les timides, la respiration s’accélère à tous les coups. C’est comme un moteur qui s’emballe et pour le ralentir il faut lever le pied…

Avec le livre à télécharger gratuitement en bas de page sur l’autohypnose, il y a un exercice où vous respirez avec contrôle, faites-le quotidiennement. C’est avec ce genre d’exercice que j’ai commencé à être plus à l’aise avec les autres.

Et la 3e étape est la pratique graduelle. C’est-à-dire, de commencer par des exercices pas trop difficiles dans la vie courante comme regardez dans les yeux le boulanger en prenant votre baguette au lieu de baisser la tête et regarder constamment la caisse, etc.

Voilà, si vous voulez vraiment vous en sortir, vous allez y arriver, j’en suis un exemple flagrant et sans aucune aide extérieure de type psychothérapie.

Cadeau Gratuit :

Les secrets de l'autohypnose

Téléchargez vite en cliquant sur l'image:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 


*