Coïncidence  entre Thomas Edison et Samuel Morse après sa mort…

Coincidence entre Thomas-Edison et Samuel Morse

Le code de Samuel Morse

Samuel Morse est né le 27 avril 1791, et mort le 2 avril 1871. Comme son nom l’indique, il est l’inventeur du code qui porte son nom ainsi que du télégraphe électrique. Il fonda le réseau Morse, l’ancêtre du réseau Internet, en enterrant sous terre des câbles ou en les fixant à des poteaux. Il créa la société « Western Union » qui existe toujours qui permet des transferts internationaux d’argent. La poste prend en charge Western Union depuis 1995.

Le génie de Thomas Edison

Ce que l’on doit à Thomas Edison est incommensurable, s’il n’avait pas été aussi génial, vous vous éclairiez encore à la bougie. Bon, c’est sûr, que d’autres auraient inventé cette ampoule si utile, mais il a déposé plus de 1000 brevets d’invention dont le phonographe qui est la capacité à enregistrer sa voix et de la reproduire.

Il est né le 11 février 1847, et mort le 18 octobre 1931. C’est en 1884 que sa société « Edison Electric Light Company » construit la première centrale électrique.

Il a fondé la marque « Continental Edison » ainsi que la très célèbre société qui existe toujours « General Electric ».

Et une coïncidence…

Mais le plus important pour cet article est que c’est le hasard qui met Thomas Edison sur la trace de Samuel Morse. En effet, en 1862, il sauve un enfant de trois ans qui allait se faire écraser par un train. L’enfant était le fils du chef de gare, J.U. MacKenzie. Pour le remercier, le père enseigna à Thomas l’alphabet « morse » et l’utilisation du télégraphe pendant deux mois.

En 1866, il trouve un emploi à la Western Union fondée par Samuel Morse ou il est chargé chaque heure de transmettre des messages reçus par télégraphe. C’est alors qu’il réalise sa première invention pour aller plus vite.  Il inventa le « transmetteur récepteur duplex automatique de code Morse » qui permet de transmettre sur le même câble 2 messages en sens inverse sans intervention humaine. C’est son premier brevet déposé.

Deuxième coïncidence…

Dans sa vie, je ne crois pas qu’il a rencontré Samuel Morse, pourtant le destin a enfin envoyer un message entre les deux hommes, mais pas avec l’aide du télégraphe.

Samuel Morse était décédé depuis quelques années quand vers 1880 Thomas Edison emménage dans une nouvelle et vieille maison à Gramercy Park. Il l’avait choisi, car elle était bien située pour jouir de loisirs et elle était reposante.

Il y avait incontestablement dans cette demeure des traces d’ancienne occupation humaine, puisque au grenier, il y avait des affaires et des vieux meubles entreposés.

Edison qui était d’une curiosité insatiable sinon il n’aurait jamais été ce grand homme a commencé à fouiller ce grenier et c’est en ouvrant un tiroir qu’il y trouve un carnet avec comme inscription sur la couverture « Daily journal »…

Il s’agissait du journal original de Samuel Morse lui-même et plus particulière de l’année 1848, complétée par des transcriptions de correspondance importante remontant à 1843, lorsqu’une ligne télégraphique a été construite entre Baltimore et Washington.

Edison a gardé ce livre quelques années et en a pris soin. Puis, il l’a remis à l’institut américain des ingénieurs électriciens, avec ce commentaire du 22 juillet 1909 :

« Comme cela semble être d’un grand intérêt scientifique et public, je pense que ce journal devrait être placé là où il peut être accessible à tous, et je prends donc beaucoup de plaisir de remettre ci-joint ce présent à votre institut, dans l’espoir qu’il puisse recevoir la place qui lui est due parmi les souvenirs de l’art télégraphique de votre bibliothèque. »

Comment vous l’avez lu, nous sommes en présence des personnes devenues des légendes dans le domaine de l’électricité et du transport d’informations.

Deux grands hommes qui par des coïncidences incroyables ont rejoint le même chemin, où la communication a continué même après la mort de Samuel Morse.

« Notre plus grande faiblesse est d’abandonner. Le plus sûr moyen de réussir est toujours d’essayer une fois de plus »

On connaît la persévérance légendaire d’Edison, qui après plus de 1000 essaies à réussi à allumer une ampoule, voici deux citations :

« La plupart des échecs viennent de personnes qui n’ont pas réalisé à quel point elles étaient proches du succès lorsqu’elles ont abandonné »

« Je n’ai pas échoué. J’ai juste trouvé 10.000 moyens qui ne fonctionnent pas »

Cadeau Gratuit :

Les secrets de l'autohypnose

Téléchargez vite en cliquant sur l'image:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 


*