Comment acheter ses fruits de mer sans risque…

232

C’est un article inhabituel dans ce blog mais comme l’alimentation a toujours été très importante pour moi et que cela fait partie du bien-être, je vous écrirai des articles sur ce que je connais.

Je suis normand et j’adore les fruits de mer et le poisson. Je pourrais me passer de viande, cela ne me poserait aucun problème. Ici en Normandie, les fruits de mer sont en abondance, notamment les huîtres et les coquilles St Jacques. De plus, c’est excellent pour la santé.

Voici donc quelques conseils d’achat pour ne pas être malade.

Avant tout n’achetez vos fruits de mer que chez les commerçants auxquels vous avez accordé votre confiance à juste titre.

Par ailleurs, les fruits de mer doivent être vendus parfaitement vivants. S’assurer de cela est évidemment le plus sûr moyen de ne pas acheter des produits avariés !

Secouez les crabes pour être certain qu’ils sont encore bien vivants, ne renferment pas d’eau et qu’ils pèsent un bon poids. Sentez les homards ou les langoustines et rejetez-les s’ils dégagent de fortes odeurs, notamment d’ammoniaque. Vérifiez que les coquilles Saint-jacques ont une chair ferme, blanc crème, légèrement translucide, sans trace brunâtre.

Une fois achetés, consommez vos fruits de mer, quels qu’ils soient, dans leur état de plus grandes fraîcheurs possible, c’est-à-dire impérativement dans la journée. À défaut de quoi, faites-les cuire le jour même de l’achat, puis conservez-les tout au plus 48 heures au réfrigérateur, ou plus longtemps au congélateur (moules : six semaines ; langoustines et coquilles Saint-Jacques : deux mois ; crabes et homards : six mois…).

Lors de la préparation, brossez et lavez à grande eau les moules et autres coquillages fermés, mais ne les faites jamais tremper, afin d’éviter que les mauvais coquillages ne contaminent les autres. Assurez-vous également que chacun de ces fruits de mer soit parfaitement fermé. Par contre, à la cuisson, ils devront s’ouvrir (jetez impitoyablement ceux qui sont restés fermés).

Pour finir, rappelez-vous qu’en cas d’intoxication aux fruits de mer, ou même simplement de crainte d’intoxication, il vous suffit de prendre quatre cuillères à soupe de charbon végétal dans un peu d’eau pour minimiser grandement les conséquences fâcheuses d’un empoisonnement ou d’une contamination.

Il me reste de vous souhaiter bon appétit et venez faire un tour dans un SAP

Téléchargez GRATUITEMENT le livre
« Voyage au paradis des SPAS »
Cliquez sur l’image :

Découvrez le monde de la remise en forme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 


*