Lecture et Écrans, des Épreuves pour la Vision, Réapprenez à lire…

Lecture pour les yeux

La lecture est sans doute l’une des activités les plus “douloureuses” pour les personnes souffrant de troubles visuels, et en tout cas la plus dangereuse.

Pourtant, avec quelques précautions et conseils pratiques, il est tout à fait possible de ne pas se passer de cet immense plaisir qu’est pour beaucoup de gens la lecture !

La lecture est l’une des activités intellectuelles les plus “prenantes”, celles qui demandent le plus d’attention et de concentration.

Si, comme moi, vous lisez depuis des décennies comme un dévoreur avide de pages imprimées, vous remarquerez que vos yeux – s’ils fonctionnent bien – courent de mots en mots, de lignes en lignes, sans pour autant en perdre une miette.

C’est le procédé de la lecture dite rapide, telle que préconisée pour les étudiants qui doivent effectuer de longs travaux de lecture pour se documenter.

La vision analytique permet de voir beaucoup plus que ce qu’on voit, en quelques sortes… mais cela demande aussi beaucoup de pratique, et comme pré-requis un fonctionnement correct du système visuel.

Si ce n’est pas votre cas et que votre vision, pour une raison ou pour une autre, est défectueuse, alors il vous faudra réfréner vos ardeurs et aborder la lecture avec beaucoup plus de circonspection.

Veillez tout d’abord à un éclairage suffisant. Tenez-vous droit et non pas avachi, sans pour autant être raide comme un piquet ce qui à court terme provoquera douleurs lombaires et raideurs de la nuque, en plus d’une fixation centrale déficiente.

Lors de la lecture, c’est de l’avidité qu’il va falloir le plus se méfier : si ce que l’on lit nous passionne ou du moins nous intéresse, l’esprit va avoir tendance à vouloir aller vite, à absorber le plus de mots possible pour “courir” vers le dénouement.

Bien entendu, cette hâte et cette avidité vont générer un gros problème dans la fixation centrale : si le lecteur a des troubles visuels, il sera fortement tenté de les ignorer et de passer outre… ce qui renforcera les mauvaises habitudes.

Donc, essayons d’oublier notre avidité intellectuelle. Si vous souhaitez pouvoir lire de manière claire et sans effort, il vous faudra d’abord passer par de nombreuses phases de relaxation.

Rééducation visuelle

Huxley explique que dans le cadre de la rééducation visuelle, l’on doit procéder de la manière suivante :

▪ Après chaque phrases ou groupes de 3 ou 4 phrases, fermez les yeux, détendez-vous, et visualisez le dernier mot et le dernier signe de ponctuation que vous venez de lire.

▪ Puis, avant d’attaquer les phrases suivantes, regardez ce dernier mot et ce dernier signe, qui doivent correspondre à l’image mentale que vous vous en êtes faite.

▪ Une courte séance de palming suivra la lecture de chaque page – ou, si cela vous paraît vraiment trop rébarbatif, toutes les 2 ou 3 pages.

▪ Il est également utile de faire précéder et suivre chaque séance de palming d’une séance de sunning, à la lumière du jour ou bien sous une puissante lampe.

Comme pour nos écoliers à qui le docteur Bates voulait éviter la myopie future, un calendrier posé non loin de vous vous permettra de rapides coups d’œil sur un objet familier.

Vous pouvez, au cours de votre lecture, faire des pauses de temps en temps et appeler votre mémoire et votre imagination à la rescousse, en visualisant un mot, une phrase, en imaginant les espaces blancs entre et autour des lettres.

Le système des couleurs tel qu’évoqué pour la rééducation de l’hypermétrope peut également vous aider, en visualisant la noirceur de l’encre d’une lettre et en l’appliquant sur une autre.

À ces techniques, A. Huxley rappelle les conseils de base consistant à cligner régulièrement des yeux, à ne pas retenir sa respiration, et surtout à conserver la mobilité de votre regard : ne jamais fixer des yeux, ne pas tenter de voir toute une ligne avec la même précision, faire travailler la fixation centrale.

Les 2 autres attitudes à éviter

L’écrivain insiste également sur 2 attitudes à éviter, très fréquentes pour les personnes atteintes de troubles visuels : Froncer les sourcils et fermer les yeux à demi.

Pour le froncement de sourcils, cela indique toujours une tension oculaire prononcée.

Ce tic se perdra de lui-même grâce à la rééducation. Toutefois il est utile, lorsqu’il se produit, de faire une pause à nouveau et de se détendre – de préférence par le palming.

De même, fermer à moitié les yeux est un réflexe que l’on retrouve chez toutes les personnes souffrant de mauvaise vision, se donnant ainsi l’impression de mieux maîtriser son champ visuel en le rétrécissant. C’est bien sûr l’inverse qui se produit !

Comme l’utilisation de gros caractères pour les personnes atteintes de myopie, cette sorte de “manie” donnera l’effet inverse. Cet effort supplémentaire est source de tension et de fatigue visuelle.

Conseils pour réduire le champ de vision

Aldous Huxley conseille alors de réduire le champ visuel d’une autre manière :

Taillez dans du papier noir la largeur d’une demi-feuille de papier ou d’une demi-page.

Vous appliquerez ce “cache” sur la page que vous lisez en le déplaçant au fur et à mesure. Le noir agira un peu comme lorsque vous effectuez le palming et induira une certaine détente visuelle, tandis que le fait de délimiter physiquement votre champ visuel réduira l’effort fourni par vos paupières en se contractant continuellement.

Cadeau Gratuit :

Les secrets de l'autohypnose

Téléchargez vite en cliquant sur l'image:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>