Lorsque le corps permet de changer l’esprit…

corps et spiritualité

Lorsque l’on ressens un mal-être, dans la plupart des cas l’homme se précipite tête baissée pour « soigner sa tête ». Cela peut passer par des psychothérapies, des séances d’hypnoses,  ou des traditions plus anciennes comme la méditation, la prière…

Ok la tête à son rôle à jouer mais elle est indissociable de son corps physique. S’occuper de son esprit sans se préoccuper de son corps, c’est comme poser un ballon sur une aiguille, un jour ou l’autre ca éclate…

Pourtant, toutes les traditions sont très claires, le corps est un temple qu’il faut entretenir. Il ne s’agit pas de faire des heures de musculation, de vous préparer à un marathon, vous pouvez vous occuper de votre corps avec beaucoup moins d’effort. La tradition indienne encourage la pratique du yoga, la tradition chinoise le Qi Gong, et si on s’intéresse aux arts martiaux, on s’aperçoit qu’ils n’ont pas été créés pour combattre les autres, mais pour se combattre soi-même :

1 – Discipline

Les arts martiaux ont été créés comme discipline du corps, et quand on parle de discipline, on maîtrise du mental, car quand on veut s’occuper de son corps, on devient le dresseur de son mental, on l’habitue à être sous notre commandement et non l’inverse comme un animal sauvage immaîtrisable.

On se servait du corps pour discipliner son esprit et la méditation permet de maîtriser ses pensées.

2 – Diminuer les points faibles du corps

Jadis, on pensait que c’est par les points faibles du corps que les mauvais esprits pouvaient pénétrer et rendre malade une personne. Une fois de plus, la pratique des arts martiaux permettait de rendre plus fort le corps. Le Tai Chi Chuan qui peut se pratiquer tout seul est un exemple. Il permet un rééquilibrage énergétique sans nécessairement faire des efforts démesurés pour travailler son corps avec des mouvements lents qui ne demandent aucun effort, on a l’impression que c’est inutile, pourtant cela travaille beaucoup plus en profondeur qu’on ne le croit.

En France dans la majorité des cas, on est soit « fou » de sport, on s’active jusqu’à épuisement, il suffit de regarder les joggers du dimanche avec un visage rouge pour comprendre qu’ils sont dans le rouge…

Et d’un autre côté nous avons les plus paresseux, qui méditent des heures en croyant que cela va résoudre tout leur problème.

La solution se situe évidemment entre les deux, vouloir être spirituel sans s’occuper de son corps, c’est comme un chrétien, sans Jésus sur la croix, cela n’a aucun sens.

Si vous êtes un peu paresseux,  mais que vous vous dites spirituel, vous n’avez pas d’autres choix que de s’occuper de votre corps, sinon vous êtes une sorte d’imitation spirituelle, car la spiritualité comprend aussi votre physique.

Et vous vous apercevrez que le corps permet de changer l’esprit, et l’esprit permet de changer le corps, c’est un échange permanent, un dialogue qui s’enrichit mutuellement, c’est lorsque qu’il y a un monologue que les problèmes commencent…

La règle d’or est donc : l’esprit jamais sans le corps

Cadeau Gratuit :

Les secrets de l'autohypnose

Téléchargez vite en cliquant sur l'image:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>