Pensée positive : ce qu’on vous a caché…

La pensée positive est souvent considérée comme une tendance New-Age par ses détracteurs alors qu’elle trouve son origine dans le bouddhisme dont on trouve les fondements du développement personnel. En effet, c’est le bouddhisme qui est vraiment le « starter » de cette notion de bien-être qui est maintenant chez nous en Occident depuis le début du XXe siècle.

D’ailleurs Bouddha a dit :

« Nous sommes ce que nous pensons. Tout ce que nous sommes résulte de nos pensées. Avec nos pensées, nous bâtissons notre monde. »

Et aussi : « L’esprit est difficile à maîtriser et instable. Il court où il veut. Il est bon de le dominer. L’esprit dompté assure le bonheur. »

Donc à l’origine, il y a la conscience de maîtriser nos pensées car les pensées créent notre vie. À la limite, on pourrait s’arrêter là pour résumer tout le développement personnel de son origine jusqu’à nos jours.

« Maîtriser ses pensées pour contrôler sa vie » est donc la fondation qui soutient tout l’immeuble depuis la tradition jusqu’au fameux New-Age.

Or le fameux New-Age souvent critiqué est juste une interface pour que notre monde occidental comprenne les concepts de la tradition tout en essayant de les améliorer. C’est donc souvent une simple traduction en langage clair de ce qui se faisait déjà. Et l’apport de la science a permis d’affiner certaines choses pour plus d’efficacité, ce qui a d’ailleurs conduit à toutes sortes de thérapie par l’hypnose.

Pensée positive : et le gagnant est… Émile Coué

On ne peut pas parler de la pensée positive sans parler d’Émile Coué. Même si après sa mort sa méthode est un peu tombée dans l’oubli, elle est revenue en force quelques années plus tard.

Il avait été étonné des résultats obtenus par l’hypnose, mais il préférait mettre au point une technique moins « agressive » avec des suggestions tout en restant éveillé. Après des mois de recherches, il condense en une seule phrase à répéter vingt fois le matin et 20 fois le soir : « Tous les jours, à tout point de vue, je vais de mieux en mieux. », pour conditionner l’imagination qui agira dans un sens favorable. Car Émile Coué avait remarqué chez ses patients, qu’à chaque fois qu’il y avait conflit entre la volonté et l’imagination dans un esprit, c’est l’imagination qui a le dernier mot.

Il ne faut pas oublier que c’est Émile Coué qui a découvert l’effet placebo, c’est grâce à lui que l’on a pu mesurer la puissance de la croyance sur la guérison. Et si son nom est toujours cité, c’est parce que on s’aperçoit actuellement que l’effet a été sous-estimé, non seulement sur la puissance des pensées et des croyances mais aussi sur la guérison des maladies et aussi un effet sur l’ADN, une science qui se nomme l’épigénétique.

Le secret derrière la pensée positive

L’erreur qui a pu être commise derrière cet engouement de la pensée positive est son véritable but. Dans « pensée positive », il y a deux mot importants que l’on pourrait traduire dans l’esprit de la tradition ou l’esprit des religions par « pensée joyeuse », car l’humanité a oublié ce que signifiait la joie et comment la ressentir. Alors, on a transformé un mot devenu flou (joie) en pensée positive pour que les gens comprennent comment bien se sentir.

Et pourquoi l’humanité ne connaît plus la joie ?

Les gens connaissent très bien le sentiment d’être joyeux, en revanche quand on parle de joie, ils ont des difficultés à appréhender la définition.

Que dit Wikipédia : « La joie est une émotion ou un sentiment de satisfaction spirituelle, plus ou moins durable, qui emplit la totalité de la conscience. Elle se rapproche de ce qui forme le bonheur. Elle se distingue des satisfactions liées au corps (les plaisirs), qui n’affectent qu’une partie de la conscience. »

Ou cette citation si vous avez des difficultés à la ressentir : « La joie qui a besoin d’une cause, ce n’est pas de la joie, mais du plaisir. » Gustav Meyrink

La joie est un ressenti qui ne peut s’exprimer par des mots.

Charles Trenet a essayé de faire passer le message avec une chanson dont voici quelques paroles :

Y a d’la joie

Bonjour bonjour les hirondelles

Y a d’la joie

Dans le ciel par dessus le toit

Y a d’la joie

Et du soleil dans les ruelles

Y a d’la joie

Partout y a d’la joie

Ou si vous voulez l’écouter :

En fait, la pensée positive vient donc de la maîtrise de la pensée bouddhiste et de la joie de différentes traditions. En une phrase, c’est « retrouver de la joie grâce à l’outil de la pensée ».

Comme vous avez pu le constater dans la chanson, la joie est d’apprécier déjà ce que l’on a et ce qui nous entoure, elle est très liée à l’instant présent. Et la pensée positive doit aussi rester liée à l’instant présent. C’est le seul reproche que je fais à Émile coué dans sa formule « Chaque jour… » , ou il introduit le temps. Car de nos jours si elle est aussi mal interprétée c’est que l’on pense à ce qu’elle pourra apporter « demain » alors que tout se passe ici et maintenant. « Je suis » sont les mots les plus puissants dans toute méditation et ce sont aussi les mots les plus puissants dans la pensée positive.

Mais Émile Coué avait compris l’indispensable qui est d’ailleurs le titre de son ouvrage : « La maîtrise de soi-même ». Car comme le résume ma vidéo ci-dessous, peu importe si on utilise la pensée positive ou pas, l’essentiel est de savoir maîtriser ses pensées quelle quel soit :

Si vous souhaitez vous replonger aux origines « New-Age » de la pensée positive c’est ici:

Téléchargez GRATUITEMENT le livre et l’audio avec la voix d’Emile Coué « La maitrise de soi-même! »
Cliquez sur l’image :

"La

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>