Pensées négatives : comment s’en défaire plus facilement ?

Réfléchissons à la façon dont nous voyons la vie, les personnes, les événements : nous les voyons trop souvent négativement.

Nous oublions que le monde est un miroir qui nous renvoie le sourire ou la grimace que nous lui faisons.

Voici quelques symptômes d’orientation mentale négative.

Demandez-vous si vous présentez ces symptômes :

1. La manie de répandre les mauvaises nouvelles.

Il y a des gens qui se font un point d’honneur d’être les premiers à avertir les gens d’une mortalité, d’une maladie, d’une difficulté financière, d’un scandale, d’un vol, etc.

2. La manie de faire des commérages.

« Je ne veux pas en dire du mal, mais je t’assure que de la façon dont elle agit avec lui, cela ne peut pas faire autrement que de tourner mal… »

Combien de gens passent des heures au téléphone, à bavarder, à parler des autres, à mettre leur nez dans les affaires des autres !

3. Le goût du morbide, du perverse, du sensationnel.

C’est l’orientation mentale négative qui fait les grands tirages de tant de journaux à sensation.

4. Le besoin maladif de chercher « la bête noire », de toujours rabaisser les autres.

– Untel réussit ? Oui, mais il paraît que lui et sa secrétaire… hum !…

– Cet homme parle bien ? Bah ! On dit que c’est un alcoolique !…

– C’est un bon médecin ? Ses honoraires sont si élevés !…

5. Le pessimisme, la curiosité des faiblesses des autres, l’inquiétude, la tendance à dramatiser

Par exemple, combien d’épouses inquiètes qui, attendant leur mari qui tarde, le voient déjà gisant quelque part, ensanglanté, appelant au secours avant d’expirer…

C’est ainsi qu’on a peur de la maladie, peur de manquer d’argent, peur de ce que les autres disent, peur de ce que les autres pensent. On a peur de s’affirmer, on a peur de soi, on a peur de tout.

Libérez-vous de la peur

Chaque fois que vous êtes nerveux, que vous avez le trac, que vous êtes inquiet, c’est que vous n’êtes pas en action.

Dès que vous sentirez ce malaise qui précède l’action, soyez sur vos gardes.

Cela ne veut pas dire que l’action à entreprendre dépasse vos forces. Cela veut dire simplement que votre organisme se prépare à foncer.

Si vous avez une démarche sérieuse à entreprendre, un appel téléphonique à faire, un problème délicat à résoudre, souvenez-vous que vous ne serez détendu que lorsque vous aurez fait ce que vous avez à faire.

Ainsi, quand vous hésitez, vous brûlez de l’énergie. Il faut saisir le téléphone, composer le numéro, et le reste viendra tout seul.

Il faut aller là où l’on vous attend et ne pas vous déclarer malade : il faut foncer.

Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas réfléchir et foncer n’importe où, n’importe comment. Mais une fois que tout est préparé, alors on a la force de le faire.

Dites-vous bien que tout ce que vous pouvez penser, vous pouvez le réaliser.

Pour cela, il vous faut penser haut, penser grand, avoir de l’ambition.

N’ayez pas de pensées négatives

Comment peut-on réaliser quelque chose si l’on pense :

– Moi, je n’en suis pas capable !

– C’est bien trop risqué pour moi… je ne serai pas à la hauteur…

Donc, puisque c’est l’action qui libère la tension, quand vous serez fatigué, nerveux, tendu, inquiet, au lieu de vouloir réfléchir, essayez plutôt de faire des exercices de respiration, de courir, de sauter, de chanter, puis foncez !

Pour développer l’habitude de l’orientation mentale positive

Un auteur américain, qui a écrit « Chemins vers la puissance » (publié aux Éditions Dangles), nous raconte comment il eut l’idée d’envoyer et de faire envoyer des « mercigrammes », dont l’effet est d’embellir la vie de tout le monde et de nous aider à découvrir des valeurs positives que nous n’étions plus capables de voir.

On apprend ainsi à rechercher le bien dans la vie de ceux qui nous entourent.

Vous vous apercevrez vite que la recherche systématique du bien, du positif, transformera votre façon de penser.

Au début, vous serez reconnaissant pour le bien que vous avez vu, puis vous découvrirez le bien que vous n’aviez jamais aperçu auparavant.

Les « mercigrammes » sont envoyés, souvent sans signature, à des amis ou des connaissances.

C’est un mot de remerciement, dont les raisons peuvent varier à l’infini :

– Merci, Nicole, pour ta patience de l’autre jour…

– Le repas que vous nous avez servi était délicieux !

Recherchez aujourd’hui qui sera le destinataire de votre reconnaissance. Faites-le chaque jour. Et vous serez si occupé à rechercher le bon côté des choses que vous arriverez à éliminer toute critique – lorsqu’elle n’est pas constructive.

Faites le point : êtes-vous plutôt positif ou négatif ?

Comme la conscience est la première étape vers le changement, posez-vous les questions suivantes et réfléchissez à votre attitude mentale.

– Quand je parle à mes enfants, est-ce que je leur dis souvent : « ne touche pas, ne fais pas, ne parle pas, ne salis pas, ne traîne pas, etc. ? »

– Est-ce que je fais des compliments à mon mari, à ma femme, à mes enfants, à mes employés ?

– Est-ce que j’aime recevoir des compliments, ou est-ce que je me demande « ce que ça peut bien cacher… ? »

– Est-ce que je suis facilement inquiet ?

– Est-ce que j’ai facilement le trac, la peur d’échouer ?

– Est-ce que je me sens souvent déprimé ?

– Est-ce que je dors bien ?

– Est-ce que j’aime lire des journaux ou des revues à sensation ?

– Est-ce que j’aime les films d’horreur, d’épouvante ?

– Est-ce que je suis porté à répandre les mauvaises nouvelles ?

– Est-ce que j’ai certaines peurs bien précises : peur des voleurs, du feu, du cancer, de la mort, du tonnerre, de la maladie, de m’évanouir ?

– Est-ce que je suis habituellement de bonne humeur ?

– Est-ce que je suis porté à fredonner, à chanter ?

– Est-ce que je raconte des histoires aux enfants ?

– Est-ce que je vois du premier coup et facilement le bon côté des choses ?

– Est-ce que je parle souvent de la maladie, des accidents ou d’autres choses déprimantes et tristes ?

– Est-ce que je vis avec des gens tristes, nerveux – ou négatifs ?

Cadeau Gratuit :

Les secrets de l'autohypnose

Téléchargez vite en cliquant sur l'image:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 


*