[Science] Parler à votre famille vous sauvera la vie

Vos pensées influencent votre ADN

Parler à votre famille c'est parler à votre ADN

Parler à votre famille c’est parler à votre ADN

Une nouvelle découverte scientifique explique enfin ce qui est transmis dans les gènes par nos parents.

Pour les psychologues, la plupart des traumatismes étaient transmis par des nons-dit, des secrets de familles, des choses qui se passent dans un couple, mais on essaye de protéger l’enfant pour son équilibre, etc.

En fait, maintenant on sait que ça ne se passe pas forcément de cette manière. On a la preuve irréfutable qu’énormément d’informations passent par les gènes de génération en génération. Mais pas seulement au niveau maladie, faiblesses physiques, etc., mais aussi au niveau des névroses, des peurs…

L’expérience a été effectuée comme à l’accoutumée sur des souris à l’école de médecine de l’Université Emory, à Atlanta. Si on les soumet à des traumatismes, ces peurs sont transmises du cerveau vers le génome, qui sont elles-mêmes transmises à leur progéniture. Donc votre esprit influence votre ADN qui stocke les informations. Et évidemment, comme c’est reçu par vos gènes, c’est automatiquement transmis à vos enfants. On comprend donc mieux comment sont transmises des phobies sur plusieurs générations.

Je ne sais pas si vous vous rendez compte l’importance de cette découverte. Vos expériences modifient chimiquement votre ADN.

Mais ce qui veut dire aussi que vous pouvez  vraiment changer très profondément en vous si vous vous en donnez la peine.

C’est-à-dire aussi que vous pouvez arrêter une malédiction qui se transmet depuis des générations dans votre famille, si vous ne baissez pas les bras.

Un exemple, si vous êtes depuis enfant quelqu’un de très stressé, d’hyperactif, etc. parce que la mémoire de vos parents ont inscrit ça dans vos gènes, si vous avez décidé de vous « calmer » en pratiquant la relaxation, la méditation et d’autres formes de développement personnel, non seulement, évidemment, vous en ressentirez les bienfaits sur vous-même, mais surement aussi que vos enfants seront nettement plus « zen » que si vous n’aviez pas réagi face à votre nervosité.

Comme le précisent ces chercheurs, il faudrait maintenant considérer plus sérieusement le facteur multigénérationnel lors des troubles neuropsychiatriques, obésité, diabète, perturbations métaboliques, etc. Comme la science va de plus en plus s’intéresser à des thérapies en considérant vos antécédents familiaux. Bien sûr, votre médecin vous demande souvent, s’il y avait cette pathologie dans votre famille, mais avec l’influence sur les gènes par votre cerveau, je pense que la médecine va s’intéresser davantage à vos parents, grands-parents, etc.

Avec la transmission orale entre membres de la famille, les médecins seront approximativement ce qui est présent comme mémoire sur votre ADN, ce qui est quand même intéressant de parler à sa famille. Et un jour, cela pourrait même sauver la vie de votre enfant avec les informations que vous lui aurez fournies.

Si vous êtes parents je vous conseille donc d’en dire le plus possible à vos enfants sur votre état physique et psychologique, ce qui vous à « marqué » dans votre vie, ce qui a changé votre vie, car peut être que pour leur génération c’est des informations qui seront très importantes pour leur bien-être. Surtout quand vous ne serez plus là pour eux J

Pour l’instant le seul problème des chercheurs est qu’ils ne savent pas du tout comment l’information est stockée sur l’ADN.

Pour nous passionné de développement personnel, l’essentiel n’est pas de savoir comment c’est stocké, l’essentiel est de savoir que si vous ne réagissez pas pour maitriser votre colère par exemple, vous pouvez faire des dégâts en profondeur sur vous et votre ligné…

Pour l’instant, l’expérience a été effectuée uniquement sur les souris, mais on connait la proximité génétique de l’homme avec ces rongeurs, les recherches sont très souvent validées chez les êtres humains. Mais cela signifie aussi que si le cerveau a une action sur l’ADN, vos pensées aussi. La façon dont vous acceptez et appréhendez les évènements de votre vie a un impact direct sur vos gènes.

Par exemple, quelqu’un qui pratique la méditation aura un amortisseur  de meilleure qualité en cas d’évènement négatif qu’une personne en permanence stressée. On savait qu’avec la physique quantique, il y avait un certain libre arbitre, une autre confirmation de la science sur l’influence de la psychologie dans votre constitution génétique.

Source

 

 

Cadeau Gratuit :

Les secrets de l'autohypnose

Téléchargez vite en cliquant sur l'image:

5 thoughts on “[Science] Parler à votre famille vous sauvera la vie

  1. Oui en effet c’est tres juste se que vous dite ERIC car moi a l’age de 5ans j’ai eu un tres gros choc emotionnel car mon frére a reçu une balle de révolver sous l’œil gauche a l’age de 8ans et je l’aie vue tomber avec pleins de sang et après même adulte j’ai des peurs que je ne contrôle pas et je me suis faites hypnoptiser par un médecin et il m’a confirmer que ses peurs venait de mon enfance de se traumatisme donc si j’avais fait de la méditation avant j’aurais été plus forte surement moins fragile mais a 5ans on ne peu pas demander une petite fille de le faire il aura fallu que se soit les médecins qui interviennent peu etre je vous embrasse ERIC A+ ANNIE

    • Bonjour Annie,

      Ah les médecins… ils ne sont pas formé pour faire face à ce genre de chose. Et oui c’est vrai qu’avec la méditation on se crée une sorte d’amortisseur aux chocs de la vie.

      Amitiés,
      Eric

  2. Ancilla

    Monsieur Eric bonjour Je viens de relire ces messages pardon car je n’ai pas réagi avant.
    Comment on peut savoir les blessures de l’enfance en étant adulte?
    Moi personnellement je ne me souviens aucun événement douloureux de mon enfance sauf que quand ma petite sr Espérance est morte , j’avais 5 ans ou 6 ans on me l’avait cachée pour ne pas me fait du mal après,j’ai commencé à avoir peur des personnes qui sont mortes, j’avais l’image négatif sur la personne qui meurt ça me faisait peur,mais maintenant c’est moins par rapport qu’avant.
    Bonne semaine.
    Ancilla

    • Il faut poser des questions aux parents pour savoir si quand vous étiez jeune, si vous avez eu des traumatismes. Enfin, quand les parents veulent bien le dire… Pour votre exemple en 5 et 6 ans, oui s’en est un. j’ai eu à peu près le même choc avec ma grand mère à 5 ans.

      Amicalement,
      Eric

  3. Elena

    Bonjour, Je trouve très intéressant ce que vous écrivez au sujet de l’ADN et les traumas de l’enfance. Une fois connus ces traumatismes, que faire pour que leurs effets ne s’actualisent plus et surtout protéger les enfants ? Autre que la méditation, la conscientisation, qui aident beaucoup, mais que parfois n’arrivent pas éradiquer au fond certains traumas.
    Merci beaucoup, bonne journée
    Elena

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>