1947 : L’infirmière Virginia Henderson découvre 14 besoins fondamentaux chez l’homme…

On connaît principalement la pyramide du psychiatre Maslow qui est enseigné dans les écoles de commerce qui sont au nombre de cinq  :

  • Besoins d’accomplissement de soi
  • Besoins d’estime
  • Besoins d’appartenance et d’amour
  • Besoins de sécurité
  • Besoins physiologiques

L’idée est qu’il est très difficile de passer au besoin supérieur s’il n’y a pas satisfaction du besoin précédent. Par exemple, dans les besoins physiologiques, il y a la soif, difficile donc de penser à sa sécurité c’est vous mourrez de soif, votre objectif va être de chercher de l’eau avant de construire un toit sur votre tête.

Donc  l’idée était de découvrir où en est la personne donc vous sur cette échelle. Si vous en êtes aux besoins d’accomplissement  de soi alors bravo, mais attention, ca ne signifie pas que vous êtes plus heureux que les autres.

Mais il y a eu aussi Virginia Henderson qui après avoir obtenu son diplôme d’infirmière, en 1921, a observé ses patients encore et encore, jusqu’à obtenir la liste des 14 besoins fondamentaux de l’être humain que voici (source Wikipédia) :

Respirer Capacité d’une personne à maintenir un niveau d’échanges gazeux suffisant et une bonne oxygénation.
Boire et manger Capacité d’une personne à pouvoir boire ou manger, à mâcher et à déglutir. Également à avoir faim et absorber suffisamment de nutriments pour capitaliser l’énergie nécessaire à son activité.
Éliminer Capacité d’une personne à être autonome pour éliminer selles et urine et d’assurer son hygiène intime. Également d’éliminer les déchets du fonctionnement de l’organisme.
Se mouvoir et maintenir une bonne posture Capacité d’une personne de se déplacer seule ou avec des moyens mécaniques, d’aménager son domicile de façon adéquate et de ressentir un confort. Également de connaître les limites de son corps.
Dormir, se reposer Capacité d’une personne à dormir et à se sentir reposée. Également de gérer sa fatigue et son potentiel d’énergie.
Se vêtir et se dévêtir Capacité d’une personne de pouvoir s’habiller et se déshabiller, à acheter des vêtements. Également de construire son identité physique et mentale.
Maintenir sa température corporelle dans la limite de la normale (37,2 °C) Capacité d’une personne à s’équiper en fonction de son environnement et d’en apprécier les limites.
Être propre et protéger ses téguments Capacité d’une personne à se laver, à maintenir son niveau d’hygiène, à prendre soin d’elle et à se servir de produits pour entretenir sa peau, à ressentir un bien-être et de se sentir beau. Également à se percevoir au travers du regard d’autrui.
Éviter les dangers Capacité d’une personne à maintenir et promouvoir son intégrité physique et mentale, en connaissance des dangers potentiels de son environnement.
Communiquer avec ses semblables Capacité d’une personne à être comprise et comprendre grâce à l’attitude, la parole, ou un code. Également à s’insérer dans un groupe social, à vivre pleinement ses relations affectives et sa sexualité.
Agir selon ses croyances et ses valeurs Capacité d’une personne à connaître et promouvoir ses propres principes, croyances et valeurs. Également à les impliquer dans le sens qu’elle souhaite donner à sa vie.
S’occuper en vue de se réaliser Capacité d’une personne à avoir des activités ludiques ou créatrices, des loisirs, à les impliquer dans son auto-réalisation et conserver son estime de soi. Également de tenir un rôle dans une organisation sociale.
Se récréer Capacité d’une personne à se détendre et à se cultiver. Également à s’investir dans une activité qui ne se centre pas sur une problématique personnelle et d’en éprouver une satisfaction personnelle.
Apprendre Capacité d’une personne à apprendre d’autrui ou d’un événement et d’être en mesure d’évoluer. Également à s’adapter à un changement, à entrer en résilience et à pouvoir transmettre un savoir.

 

Les 14 besoins sont enseignés dans les écoles d’infirmières qui sont un guide pour le personnel soignant.

Dans ce blogue j’ai souvent parlé de l’importance de la respiration avant de penser à bien manger, l’infirmière occidentale l’avait bien remarqué alors que c’est plutôt en Orient que la respiration est considérée comme importante.  En Occident, elle est considérée comme automatique, pas besoin d’y penser…

Et lorsque la plupart des besoins sont satisfaits, elle considère que l’on a envie d’apprendre. C’est pour cette raison que dans les quartiers défavorisés si l’environnement n’est pas adapté comme pouvoir se reposer, l’élève aura beaucoup de difficulté pour être concentré à l’école.

Et vous, ou vous en êtes de vos besoins ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.