Je grossis, donc mon enfant grossi, donc je suis…

En Amérique aujourd’hui, on estime que plus de 65% de la population est en surpoids avec environ 30% étant au moins cliniquement obèses. Plus alarmant encore est l’estimation que 15 à 20% des enfants du pays sont en surpoids, près d’un tiers étant au moins cliniquement obèse. En France, la proportion des personnes obèses est passée de 8.5% à 14,5% entre 1997 et 2009, nous rejoignons petit à petit les USA…

Maintenant, plus que jamais, il faut une prise de conscience pour inverser cette tendance croissante et l’empêcher de devenir une épidémie encore plus grande qu’elle ne l’est déjà. En restant assis et en permettant à nos enfants de faire de l’embonpoint et éventuellement de l’obésité, nous court-circuitons sérieusement leur vie.

L’ingrédient principal pour aider à éliminer l’obésité chez les enfants est la reconnaissance. En tant que parents, nous ne pouvons pas accepter qu’il soit sain pour nos enfants d’être rond et dodu. Oui, ils ont besoin de manger suffisamment pour être en bonne santé et grandir correctement, mais nous devons savoir où tracer la ligne entre ce qui est un poids de santé et ce qui est un poids excessif.

Souvent, les parents éduquent leurs enfants à manger avec l’idée qu’ils ont besoin de plus de nourriture parce qu’ils grandissent. Le fait est cependant que la dépense énergétique nécessaire à la croissance ne représente qu’environ 2% de leur dépense énergétique quotidienne. Dans cet esprit, l’appétit d’un enfant doit être pris en compte lors de la détermination de la quantité de nourriture nécessaire.

Trop manger est plus une affaire d’éducation qu’une affaire génétiquement programmée. Les enfants, tout comme les adultes, s’ils reçoivent une alimentation équilibrée avec un accès limité à la malbouffe et à la restauration rapide, mangent tout ce dont ils ont besoin et s’arrêtent quand ils en ont assez. Les forçant à manger au-delà de ce point, ainsi que leur donner autant de malbouffe et de restauration rapide comme ils le souhaite, ne leur apprend qu’à trop manger dès le plus jeune âge.

Parfois, lorsqu’un parent remarque que son enfant est en surpoids, il essaiera d’adopter un régime alimentaire trop pauvre en calories. Ce n’est pas bon pour eux non plus. Ils ont encore besoin d’une certaine quantité de calories pour leur croissance et trop limiter leurs calories peut  interférer avec le processus normal de croissance. Il vaut mieux simplement les faire revenir à une quantité raisonnable de calories.

Enfin, le manque d’exercice fait partie de la raison pour laquelle tant d’enfants grossissent. Aujourd’hui, le gamin de l’école passe plus de temps à regarder la télévision et à jouer à des jeux vidéo que de courir à la récréation. Même quand ils sont à l’école, la plupart des enfants ne reçoivent que 60 à 90 minutes d’éducation physique par semaine, ce qui est trop peu.

Ce manque d’activités physiques a poussé les professionnelles de la santé à établir une comparaison chiffrée avec les enfants des années 70. Le constat est vraiment alarmant, des 800 mètres dans les années 70 était couru en moyenne en 4 min, de nos jours les enfants parcourent la distance en 8 min. Ce n’est pas tout, puisque leur capacité respiratoire a diminué de 30%, leurs poumons deviennent minuscules, comme un ballon de plus en plus petit.

Il faut savoir que les innovations technologiques ne  s’arrêteront jamais, et elles pousseront les enfants et les adultes à sortir de moins en moins de chez eux. Donc, il ne faut pas s’attendre à une régression de ce côté-là. Jusqu’ici nous avons vu que le côté santé de nos enfants, mais il y a aussi une future catastrophe sociale qui s’annonce.

Plus l’obésité augmentera plus, il y aura de personne déclarant des maladies, moins il y aura de personne en bonne santé pour renflouer les caisses  de la sécurité sociale, les cotisations augmenteront terriblement, etc. Voilà pourquoi nous ne sommes tous qu’un, chacun à une responsabilité sur le fonctionnement de la société.

Comment un monde peut fonctionner si on ne pense que chacun pour soi, si on attend que ça soit les autres qui payent parce que nous nous laissons aller, ou parce que nous avons été laxistes avec nos enfants. Vous savez, c’est comme le personnel hospitalier et le service de santé français qui va droit dans le mur. Il y a beaucoup de personnes formidables qui font des journées de dingue par manque de personnel, un jour ou l’autre le système va craquer. Il en est de même si de moins en moins de populations se maintiennent en bonne santé.

On ne peut pas rejeter en permanence la faute sur les politiques, même s’ils ont une énorme responsabilité en faisant semblant de ne rien voir et en collant des sparadraps pour masquer les blessures et ne pas affronter les problèmes en profondeur.

En résumé, si nous n’apprenons pas à nos enfants à manger et que nous ne limitons pas leur consommation de malbouffe et de restauration rapide, si nous ne limitons pas leur temps devant la télévision et la vidéo et ne les encourageons pas davantage à sortir et à bouger, nous allons créer une épidémie d’obésité pour nos enfants qui atteindra des proportions vraiment épiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.