La passion pour la lecture est-elle prédestinée ?

Doit-on comprendre « prédestiné »  par une hérédité génétique ou une sorte de « nature » que l’on aurait hérité ?

Même si mon cas n’est pas une réponse pour tout le monde, cela vous permettra peut-être de réfléchir sur votre propre destiné et son fil conducteur.

Mes deux parents ne lisaient pas du tout, ce qui est bizarre, c’est qu’ils avaient quand même de beaux livres de collection, qu’ils n’ont jamais lus de leur vie. Je me souviens enfant que je les avais en permanence sous mes yeux, en les regardant avec curiosité.

Le premier que j’ai vu vraiment lire ses livres est mon grand-père maternelle qui venait passer le week-end toutes les deux semaines. Non seulement, il reprenait le bouquin qu’il avait lu il y a 2 semaines auparavant, mais il en lisant plusieurs en même temps. En effet, mes parents avaient la collection complète de Jules Verne, il pouvait lire deux romans en même temps sans se mélanger dans les récits, et cela, ca me fascinait.

Les premiers livres que j’ai lus sont bien sûr des Jules Verne, mais j’ai aussi une particularité, je ne lis jamais un seul livre, j’ai toujours au moins deux livres encours de lecture, hasard ?

Mais la personne qui m’a donné l’envie vraiment de lire est ma grand-tante en Normandie où je passais quelquefois mes vacances sans mes parents. C’était une gigantesque maison normande avec un immense terrain. Pour vous donner une idée, elle a vendu une partie de son terrain pour construire de nouvelles habitations. Cette maison lui avait été léguée par un chanteur d’opéra avec qui elle avait vécu plusieurs années.

Dans cette maison, il y avait donc des trésors, et cette tante qui n’a jamais eu d’enfant m’éduquait comme si j’avais été le sien, que ce soit au niveau alimentaire, promenade sur les chemins en normandie, culture, jeux de cartes Comme il n’y avait pas de télévision, il fallait s’occuper… Ce n’est pas qu’elle n’avait pas les moyens, bien au contraire, c’est qu’elle n’en voulait pas.

Donc, un jour, elle m’emmène devant une de ses bibliothèques qui montait du sol jusqu’au plafond. À l’intérieur, il y avait de petits fascicules poussiéreux qui je ne savais pas allaient changer ma vie.

Elle me dit, « Écoute Éric, il faut que tu lises un peu, pour t’habituer tu vas commencer par de courtes histoires. » Elle me demande de choisir un de ses fascicules, c’étaient les éditions du Reader Digest, petit magazine au format d’un roman créé en 1922 par les américains.

En fait, le Reader Digest, enfin à l’époque, avait la particularité de résumer un livre en seulement quelques pages, on pouvait donc lire une vraie histoire captivante en une soirée.

Chaque soir avant de me coucher je choisissais un de ces petits magazines pour lire une histoire qui me transportait. Et c’est ainsi…

…que je me suis inscrit à la bibliothèque municipale de mon quartier à la plaine St-Denis. J’ai continué comme beaucoup d’enfants à l’époque avec la bibliothèque  rose, la verte, etc.

Et puis enfin, les livres de mes parents que mon grand-père lisait, la collection Jules Verne, la boucle était bouclée, je pouvais lire n’importe quoi ; j’ai lu tous les Agatha Christie, les Jack London, et même les misérables de Victor Hugo alors que j’étais encore à l’école primaire.

Si je vous raconte mon histoire, c’est pour vous interroger sur la vôtre, est-ce que vous vous souvenez ce qui vous a conduit à la lecture, si vous lisez toujours bien sûr ?

Mon cas est très bizarre, puisque avec des parents qui ne lisaient pas, j’ai réussi à prendre comme modèle des générations antérieures. Cela signifie ûûrement que j’étais déjà attiré par la lecture sinon je pense que je n’aurai pas « accroché ».

Une avant-dernière anecdote est que je savais lire très tôt, mon père passait des soirées avec moi pour m’apprendre la lecture, au CP, je savais déjà lire normalement sur un journal. C’est donc paradoxal, un père qui ne lit pas, mais qui veut me pousser à la lecture… On peut donc raisonnablement se poser la question, s’il n’y a pas dans tout cela une prédestination qui m’a poussé à prendre cette direction…

Et la dernière anecdote, j’étais vraiment un cancre à l’école malgré tous les livres que je lisais, en fin de 3e, ma prof de français et de latin avait dit à mon père qu’elle me voyait dans une seule filière, une seconde littéraire… Mon père qui était ouvrier n’a pas voulu, j’ai donc été dirigé dans un lycée technique que je n’aimais pas.

S’il y a bien un moment dans ma vie où ma vie aurait un prendre un tournant différent, c’est bien cette année-là, sauf qu’on n’a pas encore de libre arbitre à cet âge, enfin surtout à cette époque.

Et maintenant… le destin est quand même amusant puisque cela fait 10 ans où je vends des livres par téléchargement, je suis déclaré comme auteur éditeur

Croyez- moi si je n’avais pas lu, j’aurai été beaucoup plus bête que je ne le suis, la lecture m’a tout apporté, travail, amour, philosophie de la vie, spiritualité…

Et quand je remarque que beaucoup de jeunes ne lisent plus sauf les SMS de leur téléphone, cela me rend triste, car venant de quartier très populaire, je sais très bien que c’est la lecture qui m’a permis d’être 100% autodidacte, car sans étude que reste-t-il pour s’élever ?

La passion de la lecture  se traduit par une lecture de 5 min même si je me couche à 4h du matin. J’ai toujours l’impression que si je ne lis pas une journée, mon cerveau n’a pas sa nourriture et donc qu’il faiblit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.