Se fixer des objectifs ou vivre l’instant présent ?

Se fixer des objectifs ou instant présent

Se fixer des objectifs ou instant présent

 

Pour les personnes malvoyantes, cliquez ici pour écouter la version audio :

En développement personnel c’est peut-être la question la plus délicate surtout si on s’intéresse aussi à la spiritualité.

En effet, il y a 2 écoles  sur le sujet des « objectifs » :

1 – Pas d’objectif – vivons l’instant présent

C’est plutôt la voie conseillée par la spiritualité, vivez le moment présent, car lorsque vous commencez à penser à des objectifs, à espérer que des projets se réalisent, cela crée de l’anxiété ce qui n’est pas génial pour le bien-être.  Donc il faut profiter de ce qu’on a plutôt que de penser ce qu’on pourrait avoir. Un peu comme l’attente de résultat à un examen, cela crée du stress, et plus vous voulez gravir des échelons, plus vous devez prouver ce que vous êtes capable, ainsi de suite, et ça n’en finit pas. Finalement, il y a des personnes qui contractent des maladies, car leur vie a été un perpétuel stress.

2 – Pour réussir, il faut se fixer des objectifs

C’est « la » méthode de développement personnelle pour réaliser ses objectifs et pour « réussir » sa vie. Bien évidemment, derrière la phrase « réussir sa vie », chacun met ce qu’il veut. Cela peut être une vie familiale ou bien une vie professionnelle, etc.

La technique classique est d’écrire sur une feuille vos objectifs, d’en faire des photocopies et d’en mettre un peu partout y compris dans la voiture pour laisser une empreinte dans le mental. Cela permet de se motiver pour arriver au but qu’on s’était fixé.

Et le gagnant est…

En apparence, il peut effectivement y avoir un conflit, mais je vous rassure, ils peuvent cohabiter.

Une des raisons de l’échec de cette union est l’environnement ou vous vivez. En effet, énormément de personnes ont des projets, mais ses projets ne sont pas les leurs. Ils se sont fait « avoir » par la société de consommation, ils ont pris des crédits pour acheter du matériel pour leur confort, ensuite, ils se sont endettés. Leur projet est donc de changer de travail non pas pour trouver un métier qu’ils aiment mais pour être mieux payé et pouvoir remboursé l’argent qu’ils doivent.

Peut être que vous n’êtes pas endetté, mais comme la société précise que si a 40 ans vous n’avez pas une montre Rolex, vous n’avez pas réussi votre vie donc votre but est essentiellement de l’argent et encore de l’argent, c’est même écrit sur votre frigo.

Bref ! Les gens veulent tous la même chose, ils ont les mêmes projets, ils ont perdu leur identité.

Donc ce qui se passe est que dans la grande majorité des cas, les objectifs proviennent de ce qu’on leur impose et de la société. Leurs vrais objectifs sont complètement masqués par leur environnement.

Il est donc essentiel pour concilier l’instant présent et vos objectifs, de faire ce que vous avez envie de faire et de l’aimer.  Ça ne vous est jamais arrivé d’être passionné par ce que vous faites et de ne pas voir le temps passé ? Ou bien, de détester ce que vous faites, le temps vous parait alors interminable…

Quand vous êtes synchrone entre ce que vous êtes maintenant et vos objectifs, vous allez vivre l’instant présent naturellement, car vous serez « là » où vous devez être.

Et quand vous faites ce que vous aimez, vous n’attendez pas de résultat vous « faites » tout simplement. Si après, il y a d’heureuses conséquences, tant mieux, mais cela ne doit surtout pas être l’objectif principal.

Une chose est sure, l’argent ne peut pas être un objectif, car ce n’est pas une finalité en soi sauf si vous travailler à l’imprimerie où sont imprimés les billets de banque…

Pensez à un peintre qui peint un tableau, il peint parce qu’il aime, parce qu’il a une inspiration, parce qu’il a envie de créer, etc. Si après son tableau se vend 30 euros ou 300.000 euros tant mieux pour lui, mais à la base il a peint parce qu’il avait envie.

De quoi avez-vous envie maintenant sans aucune rémunération ?

 

Téléchargez GRATUITEMENT le livre et les audios « Libération! »
Cliquez sur l’image :

Libérez-vous de vos croyances limitantes

Libérez-vous de vos croyances limitantes

3 thoughts on “Se fixer des objectifs ou vivre l’instant présent ?

  1. cathy

    Projet ou pas projet, c’est la question que je me pose aujourd’hui 😉
    J’avais un projet que je m’étais en place jour après jour, alors qu’il était prêt à naître, j’avorte lol Je quitte tout, déménagement, je pars vers l’inconnu, chose que je n’aurai jamais osé faire auparavant, surtout seule.
    Pour l’instant, plus de projet, je carpe diem,
    Avant, je vivais avec un objectif, ce qui m’était du piment à ma vie, pour l’instant je suis occupée avec le déménagement, mais une fois installée !
    Se laisser vivre, est ce la solution ! 🙂

  2. Alpha

    Pas d’objectifs, vivre l’instant présent, « c’est plutôt la voie conseillée par la spiritualité » ? Ah bon et dans quelle culture ? Car on pourrait penser l’inverse. Ici et là dans le monde, la spiritualité, c’est d’abord l’introspection et puis la quête de la sagesse, la quête de vérités, la quête de sens, c’est l’ouverture et la recherche de l’harmonie entre le corps et l’esprit, le « moi » social et le « moi » intérieur : mieux se connaître, mieux connaître la Terre qui est notre précieux hôte, développer son plein potentiel pour lui faire honneur, mettre en action nos valeurs, etc… Mais sans objectif, impossible de réaliser tout cela à temps ; on ne fait que dériver dans ce cas, se perdre dans les méandres de l’espace et du temps… La vie est beaucoup trop courte pour se laisser aller au modèle de vie « au jour le jour », pour n’avoir une vision qu’à très-court terme. Il faut certes profiter de ce que l’on a, à chaque instant présent, mais la spiritualité va bien au-delà de cela. Quand on travaille sa spiritualité, l’objectif bien pensé ne fournit pas de stress ; seuls les objectifs temporels et matériels sont anxiogènes (par exemple quand on se donne pour objectif d’atteindre telle place dans une société). Si on oublie les règles sociales un instant (monde temporel) et qu’on s’intéresse au monde spirituel, alors les objectifs sont plus que recommandés pour ne pas tourner en rond dans la vie, et d’ailleurs aussi pour donner du sens à la vie : ce sont des objectifs de vie, avec lesquels on se sent bien, que l’on détermine soi-même et pour soi-même, des objectifs que l’on veut plus que tout atteindre parce qu’ils correspondent à nos valeurs. Rien n’est anxiogène dans ce genre d’ambition, si ce n’est peut-être le temporel quand il nous rattrape, quand il nous rappelle constamment qu’au XXIe siècle vous êtes avant tout un être de la société, non plus vraiment un être vivant pour vous-même… ce temporel qui vous rappelle aussi combien la vie est courte. Mais ce sont les seules sources d’inquiétude dans ce genre de situation.
    Je suis d’accord pour dire que ce qui rend l’humain plus heureux, semble-t-il, c’est la quête d’objectifs personnels en ce qui concerne le long terme et l’amour de l’instant présent en ce qui concerne le court terme. Les deux se marient quand ils sont conscientisés. Mais je ne suis pas d’accord pour dire que vivre l’instant présent est la voie de la spiritualité. C’est une définition trop restrictive de la spiritualité qui au contraire intègre tout l’espace-temps d’une vie, donc le temps long : celui des objectifs.

    • Vivre l’instant présent n’est pas qu’une question de spiritualité, c’est qu’il n’existe que l’instant présent, le reste n’existe pas.Et même au niveau scientifique, il n’existe que maintenant, donc il ne faut pas vous prendre la tête sur ca, il n’y a à la limite aucun débat puisqu’il ne peut en être autrement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.